Le Forum de la team TotalWar Existence

Le forum d'un collectif de jeu sur totalwar
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Waterloo 18 juin 1815

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
virtualwarrior10



Messages : 229
Date d'inscription : 17/05/2017

MessageSujet: Waterloo 18 juin 1815   Mar 27 Juin - 21:33

En mémoire de la dernière bataille de l'empereur dont nous avons commémoré le deuxième centenaire cette année

Waterloo - avant la bataille

C'est une histoire banale qui a déjà eu lieu des millions de fois …
Des hommes qui jouent au soldat pour tuer un ennemi qu'il n'ont jamais vu !!

C'est un pays plein de verdure, avec quelques arbres parsemés de maisons isolées
Sur le terrain on aperçoit une foule de soldats debout en uniformes d'époque.
Certains sont très jeunes, d'autres sont plus âgés avec une barbe imposante
Tous tiennent en mains un fusil et attendent on ne sait pas quoi ?

Soudain arrive au galop un homme casqué sur un cheval
Il crie d'une voix haute " l'ennemi est en face, c'est pour demain matin "
Montez le campement pour la nuit et faites boire les hommes et les bêtes
Une ration de pain et une timbale de tambouille pour chacun.

Le soleil s'enfonçait dans la ligne d'horizon, il était tout rouge ce soir…
Sinistre présage pour ceux qui ne croyaient pas tellement en la victoire !
Un jeune homme de 16 ans est assis à côté d'un homme âgé aux cheveux gris
Le vieil homme n'a pas faim et il a déjà participé à de nombreuses batailles,
Mais le temps a toujours guéri ses blessures et pour une maigre solde
Il pense qu'il a eu de la chance de s'en sortir et espère comme par le passé
Que son étoile le protégera et que ce sera (peut-être) la dernière bataille …

Il regarde la maison sur le flanc du vallon, elle ressemble à la sienne
Mais il est seul et il sait que la sienne n'a plus de feu, ni de lumière

- Eh petit regarde tu vois cette maison, j'en avais une pareille
Avec une femme, des bêtes plein la basse-cour et des champs remplis de blés
Mais un matin ils sont venus, ils ont tout brûlé , violé et tué ma fille et ma femme
Puis après avoir pris tout ce qu'ils pouvaient emporter, ils y ont mis le feu…

Un long silence et quelques larmes coulèrent sur les joues de l'homme
Quand je suis rentré des champs il n'y avait plus de maison, ni de famille
Depuis je me suis enrôlé pour me faire justice, mais ceux qui nous gouvernent
Ont changé d'adversaires, ils sont devenus nos alliés et on a un nouvel ennemi

Regarde ces cicatrices, on dirait une carte avec des fleuves à la gloire de l'empereur
On a marché des milliers de kilomètres , traîné des canons dans la boue et la glace
Tiré des chariots rempli de blessés et ruisselants de sang et de lambeaux…
Mais ce n'est pas fini, l'Aigle est insatiable et voudrait posséder toute l'Europe
Mais l'Europe le dévorera sinon personne n'arrêtera cette folie jusqu'à ce que tout soit accompli,
nous, nous sommes les ombres survivantes du passé, mes amis
les plus vieux compagnons sont morts en Espagne, mais toi mon ami que fais-tu ici ?

Le jeune homme lève les yeux au ciel,
- OUI ils sont venus et au nom de l'empereur ils ont enrôlés de force tous les jeunes de mon âge,
ma mère était folle de chagrin, mais ils ont continué, ils les ont tous trouvé :
- on m'a enrôlé pour quelques pièces, on a pris nos chevaux et nos poules
ma mère est seule et pleure après mon père qui n'est pas revenu de Russie.
Tu vois je n'ai pas plus de chances que toi, passe moi ta gourde d'eau de vie
- Tu perds pas le nord moussaillon, mais je crois que tu en as autant besoin que moi
Tiens prends aussi ma ration de viande, je n'en mange plus depuis longtemps.

La nuit venait de tomber et au loin on entendait des bruits de métal et de tambours mêlés aux galops des
chevaux qui prenaient position sur la colline voisine. La lune montait dans ce beau ciel de juin,
elle était comme une dame blanche qui voulait revoir ses enfants une dernière fois.
Les hommes s'étaient rassemblés autour des feux de camps qui illuminaient la campagne
Et les chevaux mangeaient leur sac d'avoine à côté des canons

Le vieil homme s'enroula dans son sac de voyage et le jeune homme vint se coucher près de lui deux heures plus tard.
Le grognard ne dormait pas, il avait les yeux grands ouverts et son esprit voyageait sur les anciens champs de bataille,
il revoyait ses camarades et leur fin misérable, il revoyait les ruisseaux de sang, les bêtes agonisantes que personne
n'avait le courage d'abattre, les morts et les blessés entremêlés l'un sur l'autre quelque soit leur uniforme…

- Dis petit si jamais il m'arrivait une bricole demain - là dans ma musette il y une poignée de pièces d'or
autrichienne que je traîne de ville en ville dans l'espoir de rentrer un jour au pays. Si je tombe tu les prendras,
ce sera comme un cadeau de mariage qui t'aidera à faire un bout de chemin avec une femme de ton âge.

Je crois bien que c'est la dernière bataille de l'Aigle - Je ferais mon possible pour te protéger alors
reste près de moi quand les boulets voleront et qu'ils arriveront avec leurs milliers de fusils et de baïonnettes.
Plus tard tu feras une prière de temps en temps pour moi quand je serais arrivé là-haut, d'ailleurs j'espère
que St Pierre m'ouvrira sa porte et me trouvera un coin pour reposer ma tête, qui sait si là-haut il n'y a pas de bon lit
avec des bons draps et des anges pour soulager les blessures du cœur ?

Une vie çà ne tiens pas à grand chose, elle ne tiens souvent qu'à quelques centimètres, un pas ou une seconde…
Une vie çà passe aussi rapidement qu'une étoile filante - çà brille et çà disparaît

Il y a 20 ans de cela la France était devenu un pays où régnait la Terreur
La folie avait envahi la raison et le cœur des hommes
Si tu avais vu les gens les plus riches croupir dans des prisons
Des gens à qui on ne pouvait même pas parler avec un chapeau sur la tête :
Des barons en fine chemise, des princes, des députés, des moines, des sœurs,
Des évêques et des prêtres qui refusaient la nouvelle religion de la nature,
Tous ont été traînés au travers des villes sur des charrettes jusqu'à l'échafaud !
Que de sang versé pour rien ! mais les nobles sont vite revenus de l'étranger
Pour reprendre leur château, leurs terres et leur privilèges…

Avec l'Empereur nous avons eu quelques victoires, mais aussi de grands désastres
Des champs de batailles couverts de morts et en Espagne nos plus vieux soldats ont été assassinés
froidement dans le dos ou ils sont morts dans des embuscades maudites.

Je ne te parle pas de la campagne de Russie, d'une retraite où nos morts ont été enterrés
dans la glace et du retour de milliers de blessés survivants amputés, agonisants sur des chariots
dans des trajets qui ont durés plusieurs mois !
Non je ne veux pas t'enlever ton courage car demain tu auras besoin de toutes tes forces,
la guerre n'est pas un jeu, mais une boucherie géante avec des canons, des fusils qui font tomber des hommes
par milliers sur chaque champ de bataille….

Nous sommes sur terre pour souffrir, c'est la volonté des hommes qui nous commandent,
mais pour gagner le ciel comme disait le curé qui m'a baptisé :
Ce n'est pas ceux qui disent ; Seigneur- Seigneur qui iront au ciel
Mais tous ceux qui ont un cœur charitable et qui ont fait la volonté du Bon Dieu

Dors maintenant ou essaie de dormir ! Je suis prêt de toi, je veille s'il y a une alerte,
Tu aurais pu être mon gendre si les temps n'avaient pas été aussi cruels
Ma fille avait ton âge et je l'aimais tendrement.

Waterloo - après la bataille

Le bruit des canons s'était arrêté ; un spectacle désolant recouvrait la plaine,
Le vent emportait les odeurs de bêtes mortes et de cadavres déchiquetés.
Soudain au cœur du combat le jeune homme reçu la pointe d'une baïonnette dans son épaule droite,
il tomba en un bloc et un flot de sang inonda sa poitrine.

Le vieil homme avait constaté la blessure de son compagnon blessé à l'épaule et comme celui-ci perdait
beaucoup de sang, il avait mis son mouchoir de toile dans la plaie. Penché à genoux devant le corps évanoui,
soudain une balle perdue venue d'en face le frappa également en pleine tête et l'emporta dans l'autre monde.
Son corps tomba sans vie sur celui du jeune homme.…
De nombreux soldats ennemis passèrent , mais ils ne remarquèrent même pas que le jeune homme
avait seulement perdu connaissance mais que son cœur battait encore.

Au bout d'une heure il se réveilla et comme il ne pouvait soulever le corps du vieil
homme mort, il prit sa sacoche et la serra entre ses deux bras. Des infirmiers courraient
avec des brancards et ils vidaient les blessés dans les chariots qui devaient les conduire
à l'hôpital de campagne. Soudain l'un d'eux entendit les gémissements du jeune homme
qui appelait à l'aide. Deux soldats s'approchèrent et dégagèrent le corps du vieil homme mort
couché sur le blessé et emportèrent celui qui vivait encore sous la tente du chirurgien de campagne.

En cours de route les brancardiers lui dirent en rigolant :
- Dis donc ton copain t'a probablement sauvé la vie, tu lui dois une fière chandelle.

Avec le temps le jeune homme finit par guérir, à part que sa main droite resta
longtemps un peu plus raide que la gauche. Il était alsacien et il se maria au printemps
dans un petit village entouré de sapins, et de ruches d'abeilles, c'était au temps
des lilas et son cœur avait conquis une charmante jeune fille de son âge qui lui donna de
beaux enfants. La paix était revenue pour cinquante ans au moins …

La Providence en a décidé ainsi, mais souvent lorsque passe une belle étoile filante
dans le ciel dégagé de l'été, il repense à son ami qui lui a fait le plus cadeau du
monde : celui de vivre sa jeunesse et de traverser la tempête d'une sale époque où
beaucoup ne sont hélas " jamais revenus.. "

J. Cl. Brinette
Revenir en haut Aller en bas
 
Waterloo 18 juin 1815
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Bulletin du 20 juin 1815
» Waterloo et Les Quatre-Bras 1815 (Ludifolie Editions)
» Bataille de Waterloo.
» LE DERNIER CARRE , 20-21 juin 1815 , Waterloo phase 1
» Napoleon's Last Battles - NLB (SPI)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de la team TotalWar Existence :: EVENEMENTS HISTORIQUES :: 04-Periode Napoleonnienes-
Sauter vers: